Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

Enfants

Développement de l’enfant : que se passe-t-il au moment de la marche ?

Bébé se met debout et essaie de faire ses premiers pas. Que découvre-t-il à ce moment clé de son développement ? Comment l’encourager ? Entretien avec Harry Ifergan, psychologue et psychanalyste.

 

La position debout change-t-elle la perception que l’enfant a du monde ?

Harry Ifergan : Oui. Lorsque le bébé se met debout, tout change : il prend de la hauteur, dans tous les sens du terme. Il accède à une perception différente du monde et ce, à différents niveaux. En effet, quand il est couché, le nourrisson se tourne vers la gauche, vers la droite, se met sur le ventre… Il possède une vue rasante de son environnement, son regard est dirigé du bas vers le haut.

Une fois sur ses deux pieds, le tout-petit voit les choses de haut en bas, ce qui leur donne plus de relief. Il constate aussi que le même objet peut être tantôt perçu d'une façon, tantôt d'une autre selon que l'on est couché, assis, debout… Cela apporte à l'enfant l'idée de relativité, même s'il n'en a pas encore conscience.

Cette notion est primordiale, car elle se déclinera ensuite pour d'autres sensations liées aux sens (écouter, goûter, sentir, toucher, etc.). Ainsi, par exemple, le bisou de Maman est différent de celui de Papa, qui pique ! Plus tard, aux environs de l'âge de deux ans, l'enfant pourra ainsi accéder à la symbolisation, c'est-à-dire qu'il sera capable de développer des représentations mentales.

Quelle attitude faut-il adopter à ce moment clé ?

H. I. : En amont, c'est aux parents d'accepter l'idée que leur enfant veuille marcher… Malgré ce que l'on peut penser, tous ne sont pas prêts à voir leur petit devenir grand ! Si Papa ou Maman a une réticence, l'enfant le sentira. Il faut donc arriver à se libérer de ce côté-là, évaluer et relativiser les dangers (il n'y en a pas autant que ça !)

Il est important de stimuler son enfant, en le soutenant pour l'alléger de son poids, en l'invitant à nous rejoindre, ou en l'incitant à nous imiter (en décomposant par exemple le mouvement permettant de se lever, puis en marchant lentement). L'enfant étant un imitateur-né, il ne pourra s'empêcher de faire la même chose. Il convient tout de même de ne pas trop le fatiguer afin, notamment, d'éviter les chutes qui pourraient le couper dans son élan.

Petit à petit, il essaiera par lui-même de se déplacer en se tenant à tout ce qu'il trouve : canapé, table basse… Évidemment, il convient d'enlever tout ce qui pourrait gêner sa progression ou provoquer des bobos. Il est également essentiel de ne pas s'affoler lors des premières chutes, les couches étant (aussi) faites pour les amortir !

 

Le 20 septembre 2011 Propos recueillis par Delphine Soury pour le magazine Picoti.

Je m'inscris à la newsletter bimensuelle, c'est gratuit ! Voir un exemple

En savoir plus sur Harry Ifergan

 Mieux comprendre votre enfant, Harry Ifergan

Harry Ifergan est l'auteur de Mieux comprendre votre enfant, éd. Marabout, 15 €.

 

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

1003