Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

En famille

Langage : comment réagir quand mon enfant dit des gros mots ?

A peine votre enfant maîtrise-t-il le langage qu’il utilise déjà des gros mots… Pourquoi ? En comprend-il le sens ? Comment l’en empêcher alors même qu’il puise son inspiration dans son entourage ? Réponses avec Caroline Messinger, écrivain et spécialiste du décryptage verbal dans la relation parents-enfants.

 

À quel âge les gros mots apparaissent-ils ?

Les premiers gros mots apparaissent dès que l'enfant commence à maîtriser le langage, c'est-à-dire vers 3 ans. Cette phase est normale dans la mesure où, en grandissant, l'enfant s'imprègne de son entourage et l'imite. Or son entourage s'étoffe : il va à l'école, il invite des copains… Bref, il découvre la socialisation, gros mots compris ! Entre 1 et 5 ans, l'enfant teste son nouveau vocabulaire.

L'expérimentation des gros mots
s'estompera d'elle-même si le parent n'y accorde pas une importance démesurée. Dans un premier temps, le mieux est de laisser l'enfant se délecter de sa découverte, car la façon dont il va s'approprier ou non les gros mots est étroitement liée aux réactions de son entourage. Un enfant qui veut attirer l'attention de ses parents fera exprès de dire des mots grossiers s'il voit qu'ils réagissent vivement à chaque fois qu'il en dit.

Comment les parents doivent-ils réagir ?

L'important est d'adapter son attitude en fonction de l'âge de l'enfant, et de privilégier l'humour à la répression. Si l'enfant dit des gros mots, seul ou avec ses jouets, on peut laisser faire : il se défoule, libère ainsi des tensions. On doit réagir quand ces mots s'installent et polluent sa communication avec autrui. On peut alors lui demander s'il connaît le sens des mots qu'il emploie (sans pour autant lui en donner la définition exacte) et lui exprimer qu'il vaut mieux ne pas les utiliser, car leur sens peut heurter ou faire du mal à son interlocuteur et progressivement l'isoler. Un enfant de 3 ans peut comprendre qu'on ne dit pas certains mots.

Mais il ne sait pas toujours ce qui justifie cet interdit. La notion de politesse est pour lui encore abstraite : pourquoi tel mot ne serait pas joli ou poli ? Le jeu, les histoires ou les chansons sur ce thème sont autant d'outils et de références familières pour lui faire admettre dans un langage imagé pourquoi on doit éviter les mots grossiers. Voici une astuce qui a fait ses preuves : lui confisquer les gros mots qui sortent de sa bouche en faisant semblant de les attraper d'un geste de la main. “Et hop, je te les confisque, tu n'as plus le droit de t'en servir !”

Pourquoi l’enfant dit-il des gros mots qu’il ne comprend pas ?

Vers 3-5 ans, les gros mots permettent à l'enfant de s'affirmer face à ses camarades et de s'intégrer socialement. En les utilisant, il éprouve un sentiment d'appartenance au groupe. À cet âge, la compréhension du sens des gros mots n'est donc pas essentielle. L'enfant cherche surtout à éprouver le pouvoir et les émotions fortes que ces mots interdits lui procurent ! Il ressent de l'étonnement devant les réactions choquées, contrariées ou amusées de son entourage, puis du plaisir à briser l'interdit. L'enfant de 3 ans qui s'amuse à dire “merde” découvre l'énergie détonante que véhicule ce mot pas comme les autres, à travers les rires des copains et de ses frères et sœurs, la stupeur des adultes…

Tous les prétextes sont alors bons pour le prononcer et contourner l'interdit en disant par exemple : "Tu as entendu, Maman ? Papa, il a dit  ‘Merde’ !” Ce n'est pas bien de dire ‘merde’, hein ?” Passé le plaisir d'apprendre et d'expérimenter un vocabulaire nouveau, le jeune enfant se délecte du côté provocant des gros mots. C'est une phase normale jusqu'à 6 ans. En revanche, au-delà de cet âge, les parents doivent être vigilants : les gros mots peuvent être le signe d'une agressivité traduisant un malaise chez l'enfant.

 

Le 1 février 2010 Entretien avec Caroline Messinger, écrivain et spécialiste du décryptage verbal dans la relation parents-enfants. Propos recueillis par Léa VILMER. Illustrations d'Annette.

Je m'inscris à la newsletter bimensuelle, c'est gratuit ! Voir un exemple

Qu’est-ce qu’un gros mot ?

C'est un mot grossier parce qu'il manque de finesse, un mot qui offense la pudeur et porte atteinte à la bienséance. Au fil des siècles, les gros mots ont puisé leur inspiration dans les trois domaines tabous de nos sociétés : la religion, le sexe et les excréments. “Nom de Dieu de putain de bordel de merde !” en est la synthèse !

 

On différencie les gros mots, les jurons et les insultes. Ils ont en commun ce pouvoir de libérer les tensions et de permettre de s'affirmer par rapport à autrui. Le gros mot “merde” sert d'exutoire à un trop-plein d'émotions négatives, il est souvent tourné contre soi-même ; le juron “nom de Dieu” est à la base blasphématoire et donc provocant ; quant à l'insulte, elle véhicule une agressivité destinée à offenser autrui.

A propos de Caroline Messinger…

Dis maman, pourquoi on peut pas dire merde ?, Joseph et Caroline Messinger, Flammarion, 18 €.


Vos commentaires

Too-simplement

Bulle Partager vos questions et réactions

signaler un abus signaler un abus

16/07/2014 - too-simplement (un enfant) ,

Bonjour les enfants disent des gros mots surtout parce que dans leur entourage i ls en entendent beaucoup l'idée n'est pas de se retenir mais plutôt de sauter sur l'occasion pour leur expliquer je vois explique une méthode toute simple ici http://wp.me/p4Jc3q-5e pour gérer les gros mots de vos enfants.

Masquer

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

570