Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

Parents

Témoignage d'un couple d'homosexuelles qui élève ses trois filles

Après des tentatives d'adoption infructueuses du fait de leur orientation sexuelle, Linda et Bénédicte ont eu recours à la procréation médicale assistée*. Elles ont une fille de 6 ans et des jumelles âgées de 3 ans, que Bénédicte a portées.Linda nous explique comment sa compagne et elle abordent les choses avec simplicité pour élever leurs enfants.

 

Au quotidien, comment cela se passe-t-il pour vos enfants ?

Nos trois filles sont scolarisées et, jusque-là, nous n'avons jamais rencontré de barrière. À chaque rentrée, nous faisons la démarche de préciser notre situation aux enseignants afin d'éviter les soucis que peuvent poser, par exemple, la fête des Pères et la fête des Mères.

Bien évidemment, les petites posent des questions, demandent pourquoi elles n'ont pas de papa. Nous leur en parlons très naturellement et nous leur expliquons ce qu'elles peuvent comprendre pour le moment. Les choses changeront peut-être lorsqu'elle seront plus âgées, car les enfants sont facilement moqueurs. On constate d'ailleurs que, plus jeunes, elle parlaient librement de leur situation familiale. Désormais, elles auraient plutôt envie de la cacher.

Vos filles ont-elles deux mamans ?

Je ne tiens pas à me faire appeler "maman". Je me considère bien évidemment comme une mère (puisque je ne suis pas un père !), mais je ne souhaite pas que nos filles confondent l'identité de leur mère biologique avec la mienne. Pour cette raison, elles m'appellent "Tita" et ainsi intègrent mieux le fait qu'elles ont une maman qui les a portées dans son ventre et un second parent. S'il a pu arriver qu'elles m'appellent "maman", nous les avons toujours reprises, afin d'éviter la confusion.

N'est-ce pas difficile d'être le "deuxième parent" ?

Au début peut-être, cela peut sembler étrange. Mais le fait que ma compagne ait porté nos trois enfants est un choix délibéré de notre part, car nous préférions, entre autres, nous retrouver dans un schéma identique pour chacune de nos filles. Ce qui est plus compliqué, c'est la question de l'autorité parentale. D'ailleurs, si je devais me battre pour quelque chose, ce serait plus pour la reconnaissance de l'autorité parentale partagée que pour le mariage.

En effet, dans notre société, d'un point de vue légal, je ne suis rien. Si ma compagne et moi nous séparons dans de mauvaises conditions, s'il devait lui arriver quelque chose, je n'ai aucun droit vis-à-vis de mes filles (ndlr : c'est également le cas dans un couple de concubins hétérosexuels quand l'un des deux est déjà parent).

Vos filles ont-elles une présence masculine autour d'elles ?

Chacune de nos filles a un parrain. Nous encourageons très favorablement leurs relations et elles y tiennent beaucoup. De la même manière, nous faisons en sorte qu'elles aient des contacts réguliers avec leurs oncles, même s'ils ne sont géographiquement pas très proches de nous. Nous sentons que nos filles ont besoin de ces présences masculines. Car, comme chacun d'entre nous, elles ont besoin de diversité.

* Pour information, la procréation médicale assistée n’étant pas autorisée en France pour les couples homosexuels, c’est vers la Belgique que Linda et Bénédicte se sont tournées.

 

Le 18 décembre 2009 Propos recueillis par Delphine Soury, illustration Soledad.

Je m'inscris à la newsletter bimensuelle, c'est gratuit ! Voir un exemple

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

542