Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

En famille

Petits bobos : que faire ?

Genoux écorchés, maux de ventre mystérieux, petits boutons qui piquent… Vos enfants sont spécialistes. Pour les rassurer, et les soigner, n’hésitez pas à vous transformer en “bobologue” sérieux et compréhensif !

 

Le drame du petit bobo

C’est l’adulte qui dit : “Ce n’est rien!” Pour l’enfant qui tombe, ce n’est pas rien. Il a mal, ou bien il est vexé d’être tombé, et il se sent humilié par sa maladresse. Il est donc en demande d’attention et de respect. Autant de raisons pour qu’on y accorde de l’importance. Les parents, en revanche, ne supportent pas de ne pas avoir su protéger leur enfant. Croyant le rassurer, ils préfèrent nier l’incident. En réalité, l’enfant sent que notre déni cache une inquiétude. Du coup, il a de plus en plus peur de se faire mal, car il a compris que cela nous fait mal aussi.

Comment réagir ?

L'enfant qui subit un petit malheur ne peut pas saisir tout seul le mécanisme d’une chute. D’autant plus qu’à son âge, il est souvent trahi par son corps en train de grandir : là où hier encore il passait sans se cogner, il ne peut plus passer aujourd’hui !

Il faut prendre le bobo en considération, et valoriser l’enfant. Dites plutôt : “Quel choc ! Heureusement que tu es solide” ou bien “ça doit faire mal, mais tu es très courageux, ça va vite passer…”

Comprenez ses pleurs

Ne lui demandez pas de ne pas pleurer. Vous êtes là pour recueillir ses larmes et en comprendre l’origine : la colère, l’humiliation, la douleur? Différenciez son émotion de la vôtre. Vous pouvez lui dire : “Tu m’as fait peur !” pour motiver votre réaction, mais complétez : “Cela va s’arranger.”

Laissez-le tenter des expériences

Proposez-lui des stratégies ! À un enfant qui grimpe partout, il faut apprendre sur quoi et comment on grimpe. C’est le meilleur moyen de lui éviter plaies et bosses. Votre enfant est très attentif à l’effet qu’il produit sur vous. À vous de trouver le bon dosage d’attention, pour ne pas l’inciter à provoquer les bobos !

 

Le 18 septembre 2008 Maurice Titran et Murielle Szac

Ses petits bonheurs… pour faire passer les bobos

• Dessiner sur le pansement un bonhomme qui sourit ou qui pleure. Ou, avec du "rouge", tatouer un joli soleil sur le petit bobo.

• Mettre un pansement sur son bobo, et sur son doudou aussi !

• Gronder (voire taper doucement) l'objet qui est la cause du mal : "Qu'est-ce que tu as fait là, tabouret ?! Tu m'as fait tomber ! Pousse-toi !"

A propos de Maurice Titran

Le docteur Maurice Titran a été directeur du CAMSP (Centre d'action médico-sociale précoce) de Roubaix.

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

12