Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

Enfants

Chute, maladie, petits bobos : comment rassurer votre enfant ?

Les enfants blessés ou malades ont besoin d’être rassurés. N’hésitez pas, avec des paroles, à dédramatiser la situation tout en respectant leur douleur et leur colère.

 

Pendant une auscultation

Le médecin a un rôle important pour rassurer les parents et apaiser l’enfant malade. Plus l’enfant coopère lors de l’auscultation, meilleur sera l’examen clinique. Celle-ci peut se faire sur les genoux de la maman, car elle ne doit pas être vécue comme une agression supplémentaire. En s’adressant directement à l’enfant, le médecin lui explique précisément ce qu’il a, et sa maman entend la même chose en même temps.

Que faire lors d'une chute ?

Quand un enfant tombe, ses parents, souvent, se précipitent pour le relever. Soit l’enfant est blessé et, en le relevant, on peut aggraver son état, soit il n’a rien et il peut se relever tout seul ; l’adulte l’encourageant par la parole et le soutenant. Mais s’il a très mal sans que cela soit très grave, évitez de lui dire : “Ce n’est rien”, par respect de la situation !

Un bon réflexe : positiver

Un enfant qui est tombé est vexé. Découvrir qu’il sait courir, sauter, est pour lui une jubilation et une fierté formidables. Tomber le fait revenir brutalement au principe de réalité, et c’est douloureux : il est fâché contre lui et la pesanteur. Il ne faut nier ni sa colère ni la situation, sans pour autant dramatiser. Pourquoi ne pas “positiver”, avec des paroles : “Comme tu es courageux !” ou “Tu es un as du vol plané !”

L'importance de donner des mots

Le sang qui coule fait peur. L’enfant réalise qu’il est rempli de quelque chose qui est en train de couler. Il a peur de se vider. Mais on peut saigner un peu sans que cela soit grave. Un enfant le comprend bien, et il analyse surtout l’effet que cela produit sur sa maman! Quand il prend conscience de ses limites, l’enfant découvre qu’il est en même temps fort et fragile. C’est aussi cela, être humain. En lui donnant des mots qui mettent en forme la douleur, la colère, mais aussi son courage, nous lui permettons de prendre de la distance par rapport au réel. Un véritable soutien pour qu’il puisse un jour lui aussi y mettre les mots.

 

 

Le 11 octobre 2008 Maurice Titran - Propos recueillis par Marie-Hélène Gros - Pour le magazine Popi

Je m'inscris à la newsletter bimensuelle, c'est gratuit ! Voir un exemple

Ses petits bonheurs… pour ne plus avoir mal

• S'inventer de faux bobos et le laisser nous soigner.

• Lui raconter l'histoire de nos petites cicatrices et autres maladies infantiles survenues dans notre enfance.

• Souffler avec lui sur son bobo et prononcer la formule magique : “Un, deux, trois, et le bobo partira !”

A propos de Maurice Titran

Le docteur Maurice Titran a été directeur du CAMSP (Centre d’action médico-sociale précoce) de Roubaix.

Pour en savoir plus sur son travail auprès des familles, nous vous recommandons la lecture de ces ouvrages :

- Un pédiatre au charbon, co-écrit par Maurice Titran et Florence Quille, éd. Buchet-Chastel, 15 € ;

- Vies de famille, une lutte contre l'exclusion, co-écrit par Maurice Titran et Thérèse Potekov, éd. Gallimard, 16 € ;

- Maurice Titran, pédiatre : un rebelle chez les bébés de Murielle Szac, éd. de l'Atelier, 10,67 €.

 

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

11