Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

En famille

Avoir des droits, qu’est-ce que ça signifie pour un enfant ?

Si le texte de la Convention des droits de l'enfant parle bien d'eux, nos enfants sont souvent bien loin de cette notion de droit universel ! Quelles conceptions du droit ont-ils entre 5 et 8 ans ? Explications du philosophe Oscar Brenifier.

 

Entre 5 et 8 ans, les enfants sont-ils conscients de leurs droits ? 

Oscar Brenifier : Les enfants ont leur propre définition du droit… pour eux, c'est la permission, l'autorisation. Le droit au sens juridique et moral ne fait pas encore partie de leur vie. De plus, un droit ne s'articule que par rapport à un empêchement : pour que l'enfant prenne conscience que quelque chose lui est nécessaire, il faut qu'il en soit privé. Le droit à l'éducation, par exemple : pour les enfants français, l'école est souvent plus perçue comme un devoir que comme un droit ! Entre 5 et 8 ans, l'enfant n'a que sa propre expérience comme référence.

Donc ils en apprennent un peu tous les jours ?

O. B. : Les enfants se questionnent sans arrêt sur ce qu'ils peuvent ou ne peuvent pas faire. Mais, pour eux, le droit est toujours entièrement négociable car il peut différer selon l'adulte qu'il a en face de lui. L'enseignant lui interdira quelque chose que ses parents autorisent, les parents peuvent aussi changer d'avis selon les circonstances… C'est cette part d'arbitraire que l'enfant met en question et c'est pour cela qu'il peut retenter sa chance des dizaines de fois !

Est-ce toujours dans le but d’obtenir ce qu’il veut ?

O. B. : Contrairement à ce que l'on imagine, un enfant qui redemande n'attend pas forcément que ses parents changent d'avis ! C'est rassurant d'avoir toujours la même réponse, si frustrante soit-elle. Les enfants ont besoin de limites pour se construire, même si c'est difficile pour les parents de prendre le temps de répondre à chaque fois. Mais il faut essayer de leur laisser la place de s'exprimer.

Comment ouvrir le dialogue ?

O. B. : On peut demander à son enfant de donner les raisons pour lesquelles une autorisation devrait être accordée, selon lui. Bien sûr, il faut déployer des trésors de patience pour écouter son argumentaire, l'aider à le formuler et tenter de prendre une décision juste. C'est un exercice aussi délicat que passionnant.

 

Le 10 novembre 2010 Propos recueillis par Tiphanie Truffaut

Je m'inscris à la newsletter bimensuelle, c'est gratuit ! Voir un exemple

Les dix droits fondamentaux de l’enfant

• Le droit d'être aimé et respecté

• Le droit d'être nourri

• Le droit d'être soigné

• Le droit d'avoir une identité

• Le droit d'avoir une éducation

• Le droit d'être protégé de la violence

• Le droit à l'égalité, en particulier entre filles et garçons

• Le droit de rêver, de rire et de jouer

• Le droit de ne pas être exploité

• Le droit de s'exprimer et de donner son avis  

De la philo pour les plus petits !

 

Oscar Brenifier est l'auteur de Pourquoi je ne fais pas ce que
je veux ?
, éd. Nathan, coll. Philozenfants. Prix : 6,95 €

 

 

Vos commentaires

droit des enfants sourds

Bulle Partager vos questions et réactions

signaler un abus signaler un abus

23/11/2010 - ,

Bonjour Les enfants sourds aussi ont des droits, celui de s'exprimer dans une la ngue qu'il puissent maîtriser au plus tôt, laissons leur le droit d'apprendre la langue des signes qui leur permet d'exister et de s'exprimer ! les enfants sourds ont le droit au respect de leur corps, ce ne sont pas des cobayes aux mains des grands laboratoires qui fabriquent des implants. OUI LES ENFANTS SOURDS ONT DES DROITS, AIDEZ NOUS À LES FAIRE RESPECTER !

Masquer

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

787