Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

Loisirs

Leurs premières grandes vacances sans nous !

Les vacances d’été arrivent ! Elles sont, pour certains enfants, l’occasion d’un premier départ sans leurs parents. Qu’ils partent dans la famille ou en colonie de vacances, comment gérer ce moment de séparation ? Entretien avec Nicole Fabre psychologue et psychothérapeute pour enfants.

 

Est-il utile pour un enfant de faire l’expérience de vacances loin de ses parents ?

Nicole Fabre : Oui, mais il ne faut pas l'éloigner trop longtemps. À partir de 5 ans, une séparation de quelques jours (huit  à dix jours au maximum) peut être très enrichissante. Loin de son cadre habituel, l'enfant porte un regard différent sur sa famille, il comprend qu'il peut vivre sans ses parents, aimer différemment, peut-être de manière moins fusionnelle.

Il apprend également à faire d'autres activités, à vivre autrement… Partir en vacances sans ses parents est donc souvent une source de socialisation et d'autonomisation.

Doit-on inciter un enfant à partir même s’il ne le souhaite pas ?

N. F. : On peut l'inciter, mais pas l'obliger. Ce doit être fait dans de bonnes conditions afin que l'enfant parte rassuré, convaincu qu'à son retour, il retrouvera son univers intact.

Des séparations progressives sont parfois utiles : deux jours passés chez ses grands-parents ou chez un copain, miniséjour en centre de loisirs… Lui énumérer toutes les choses agréables qui l'attendent peut aussi constituer un argument convaincant, tout comme choisir un séjour sur un thème qu'il aime particulièrement (l'équitation, la voile…) ou dans une structure proche de chez vous.

Il arrive qu'un enfant, préalablement d'accord pour partir, se rétracte au dernier moment. C'est alors l'occasion de lui dire : “Tu pars en vacances comme nous l'avions prévu ensemble. Dans trois ou quatre jours, nous verrons si tout va bien.”

Comment gérer le moment de la séparation ?

N. F. : La séparation ne doit pas revêtir un caractère exceptionnel. Il suffit d'expliquer à l'enfant comment elle va se dérouler afin qu'il n'ait pas de mauvaises surprises. Le faire participer à la préparation de sa valise peut être une manière de rendre son éloignement plus agréable, en le laissant choisir ses vêtements préférés, en imaginant ce qu'il va en faire : le maillot pour se baigner…

Mais là encore, cela ne doit pas recouvrir un aspect inhabituel. Au moment de le quitter, évitons d'angoisser l'enfant en lui rappelant les dernières recommandations. Des mots simples, un “au revoir” court et souriant suffisent.

Enfin, un enfant ne possédant pas la même notion du temps qu'un adulte, il est inutile de lui annoncer trop tôt, une durée de séparation qui pourrait l'inquiéter.

 

Le 16 juin 2012 Entretien avec Nicole Fabre. Propos recueillis par Nathalie Michel.

Quelques livres sur la séparation

J'aime pas me séparer, Nicole Fabre, Albin Michel, 12,90 €.

Comme c'est difficile de grandir ! Un ouvrage qui relate toutes les séparations auxquelles un enfant peut être confronté : école, perte du doudou, déménagement…

 

Détache-moi ! Se séparer pour grandir, Marcel Rufo, Anne Carrière, 18 €. 

Le pédopsychiatre s'interroge sur les différents attachements et détachements qui jalonnent l'enfance : à quoi servent-ils ? Quelles valeurs ont-ils ? Et pourquoi la séparation est-elle souvent si difficile ? 

 

La Séparation, Collectif, Revue du Grape, n°  64, Érès, 14 €.

Quand de nombreux spécialistes se réunissent pour réfléchir autour du thème de la séparation, des questions essentielles émergent : quel sens donner à la séparation ? Comment l'enfant la vit-il ? Quelle est la part de responsabilité des adultes ?

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

682