Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

En famille

Filles et garçons : comment se construit leur identité sexuelle ?

Les tout-petits font très tôt la différence entre les filles et les garçons, et adoptent en grandissant tous les stéréotypes d’appartenance à un sexe. Si, à 6-7 ans, l’identité biologique d’un enfant est installée, il continue de se construire en choisissant parfois d’explorer les jeux et les centres d’intérêts du sexe opposé… Explications.

 

A partir de six ans, l’identité sexuelle est installée

A partir de 2 ans, les enfants font la différence entre les filles et les garçons. Entre 3 et 6 ans, ils se positionnent même “très fille” ou “très garçon”, adoptant tous les stéréotypes d'appartenance à un sexe : les filles jouent à des jeux de princesse, les garçons à des jeux de bagarre. Ils se servent des jeux pour affirmer leur identité sexuelle.

“A partir de 6 ans, souligne la psychologue Geneviève Henry, les conflits de base sont normalement réglés, l'identité sexuelle installée : la libido et l'énergie psychique de l'enfant se tournent vers l'extérieur. Il est désormais disponible pour les apprentissages, comme la lecture ou de l'écriture.”

Les garçons d’un côté, les filles de l’autre !

Dans la cour de l'école primaire, les groupes sont faits et ils ont la vie dure : garçons d'un côté, les filles de l'autre. Les jeux sont différents, les centres d'intérêts aussi. Idem dans le choix des activités : les garçons s'inscrivent au foot, les filles à la danse.

“Leurs choix sont vraiment différenciés selon leur sexe, commente Geneviève Henry, ils s'inscrivent dans la norme. L'éducation, la société, tout dans notre culture véhicule ces repères. Qu'un enfant soit conscient de son identité biologique, c'est important. On naît garçon ou fille, et ce n'est pas la même chose. Il n'est pas bon en revanche de stigmatiser radicalement les jouets comme le font les catalogues : les pages roses et les planches à repasser pour les filles, les jeux d'extérieur pour les garçons…”

Le droit de choisir ses jeux…

Malgré la “norme” culturelle, sociale, certains enfants sont attirés par les jeux du sexe opposé : une fille par l'escalade, un garçon par une tête à coiffer. Et c'est bien aussi ! “Si l'identité biologique de l'enfant est bien installée, confirme Geneviève Henry, il n'y a pas de problème. Ces phases de jeux sont des phases d'exploration naturelle, qui permettent aux enfants de prendre conscience des limites et aux parents de les clarifier : on se déguise en fille ou en garçon, mais à la fin du jeu, dans la réalité, on redevient ce qu'on est : une fille ou un garçon.”

Ce n'est pas parce qu'une fille grimpe aux arbres qu'elle cesse d'être une fille, ou parce qu'un garçon joue à l'élastique qu'il cesse d'être un garçon. Le jeu est un moyen d'expression, il ne définit pas profondément le sexe masculin ou féminin.

 

Le 4 mai 2010 Sophie Coucharrière

Je m'inscris à la newsletter bimensuelle, c'est gratuit ! Voir un exemple

Le blog de Lulu, pour les enfants de 7 à 11 ans

“Lulu”, l’héroïne préférée des 7-11 ans à retrouver dans Astrapi tous les quinze jours

Lulu est une petite fille de neuf ans, héroïne d’une bande dessinée du magazine Astrapi. La rédaction du journal anime un blog en son nom. Chacune des questions auxquelles Lulu est confrontée dans la BD est proposée aux jeunes lecteurs du magazine qui peuvent raconter leurs propres expériences, se confier, donner des conseils et proposer leurs idées. Lulu leur répond.



Ce blog est modéré par la rédaction d'Astrapi qui veille rigoureusement à la qualité des échanges.



Pour le consulter : le blog du Lulu

A propos de Geneviève Henry


Geneviève Henry est psychologue clinicienne, spécialiste des enfants et des adolescents. Elle est également conseillère d'orientation.

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

646