Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

En famille

Mon enfant est atteint d’un cancer : comment ne pas lui faire subir mon angoisse ?

Même s’ils ne représentent que 1 % des cancers et qu’ils sont guéris dans 80 % des cas, les cancers des enfants et des adolescents sont un choc énorme pour toute la famille. À l’occasion des premiers états généraux des enfants, adolescents et jeunes adultes atteints de cancer, le Dr Étienne Seigneur répond à nos questions.

 

Comment faire face au diagnostic de cancer chez son enfant ?

Je voudrais d'abord rapporter ce que les parents disent à ce moment-là : “le ciel nous tombe sur la tête”, “le sol se dérobe sous nos pieds”. Le choc est immense, terrible, il emporte tout. Il s'agit d'un phénomène de sidération. Et c'est là que nous, psychologues et psychiatres, avec toute l'équipe soignante, nous devons prendre le temps avec les parents. Prendre le temps d'expliquer et d'écouter leurs angoisses, de répondre à toutes les questions. Elles ne surgissent pas seulement lors du premier rendez-vous. Il faut bien souvent deux ou trois entretiens pour qu'émergent les questions.

Un des premiers réflexes parentaux est de penser : “Je préfèrerais tellement être malade à sa place.” Juste après se glissent de nombreuses questions sur l'origine de la maladie… et bien souvent beaucoup de culpabilité. Nous devons aider les parents à faire un travail d'adaptation et de réaménagement de leur rapport à leur enfant. La plupart des parents y arrivent. Mais il est fondamental d'en parler avec eux.

Comment ne pas faire subir son angoisse à son enfant ?

Beaucoup de parents nous posent cette question. Nous avons à cœur de la reformuler pour aider à la fois les parents et les enfants. L'enjeu se situe dans le comment pouvoir partager ensemble toutes les émotions inhérentes à cette nouvelle situation. Je prends ici l'exemple de la croyance très répandue qui dit qu'il ne faut pas pleurer devant son enfant. C'est faux. Parce que l'enfant sentira toujours ce qu'on lui cache, y compris les pleurs.

Au contraire, pleurer est une façon de montrer que l'on tient à son enfant. Cela autorise aussi l'enfant à montrer ses propres émotions face à la maladie. Tout est dans la réciprocité des émotions, dans la relation des uns et des autres. Ce ne sont pas les émotions qui sont dangereuses, quelles qu'elles soient, c'est la solitude face à elles qui l'est.

En quoi la survenue d’un cancer chez un adolescent est-elle spécifique ?

Parce que le cancer se déclenche justement à l'adolescence, qui est un moment déjà riche en transformations ! La maladie et les traitements vont eux aussi changer le corps de l'adolescent, même si c'est de façon provisoire, comme la perte des cheveux. Et, juste au moment où ils allaient s'émanciper, d'autres – les médecins, les parents – vont décider pour les adolescents. Ils vivent cette situation de dépendance et de passivité avec difficulté. Ils sont tout à coup privés de leur illusion de toute-puissance si fortement nécessaire à cet âge de la vie.

Quel est votre rôle ?

Notre rôle est d'aider à mettre des mots sur tout ça, et surtout à tenir bon. Avec les ados, tout se joue dans un savant dosage de compréhension et de fermeté. Surtout dans les cas qui nous intéressent.

Par exemple, la demande d'un ado d'interrompre un traitement trop dur à supporter. Il ne s'agit pas de le forcer coûte que coûte, ni d'accéder à sa demande, qui nuirait à la thérapeutique très stricte en cancérologie. Tout est dans la négociation, l'écoute, mais aussi la fermeté axée sur l'objectif de la guérison, qui réassure l'adolescent.

 

Le 25 mars 2010 Propos recueillis par Claire Didier. Le docteur Étienne Seigneur est pédopsychiatre spécialisé en cancérologie pédiatrique à l’Institut Curie, à Paris.

Je m'inscris à la newsletter bimensuelle, c'est gratuit ! Voir un exemple

Quelques infos pratiques…

• Tout savoir en pratique : traitements, congés parentaux, aides sur le site de l'Institut national du cancer (INC).

 

• Programme et buts des états généraux : le site des états généraux du cancer.

 

Les conclusions des premiers états généraux des enfants, adolescents et jeunes adultes atteints de cancer ont été rendues le 27 mars à Paris.

 

• Et aussi le site de la Ligue contre le cancer.

Vos commentaires

Demande urgente!

Bulle Partager vos questions et réactions

signaler un abus signaler un abus

26/01/2011 - ,

bonjour, je suis étudiante en 3ème année infirmière,mon travail de fin d'é tude consiste à comprendre ce que vivent les parents ayant un enfant atteind de cancer ;dans ce cardre j'aimerai etre en contact avec les parents afin de poser quelque question en garantissant bien sure l'anonymat je vous laisse mes coordonées

Masquer

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

623