Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

Adolescents

Ados, S.O.S. complexes !

A l’adolescence, la puberté bouscule le corps. Ces changements sont souvent à l’origine de complexes qui empoisonnent la vie de votre enfant. Comment lui expliquer qui se passe et le rassurer ? Nos conseils pour l’aider à mieux vivre ces transformations.

 

“Mon nez a grossi !”

Aujourd’hui
Pas facile d'ignorer cet appendice qui prend soudain toute la place sur la figure, et parfois dans ses pensées. A l'adolescence, tout ne grandit pas au même rythme et le nez peut créer un déséquilibre sur un visage encore enfantin. Les filles sont plus sujettes que les garçons à ce complexe, car les nez qui ont de la “personnalité”, sont traditionnellement attribués aux hommes et ne font pas partie des canons de beauté féminine actuels.

Et après ?
Avec le temps, les traits adultes se mettent en place et forment en général un ensemble plus harmonieux. Ou bien le caractère intérieur s'accorde avec ce signe de caractère extérieur. Mais certains adultes, qui continuent à ne pas pouvoir se “sentir”, ont recours à la chirurgie : une solution radicale pour mettre en accord l'intérieur et l'extérieur de soi, mais qui doit mûrir longtemps, et en tout cas après la fin de la croissance.

“J'ai des grosses cuisses”

Aujourd’hui
Complexe n° 1 des filles, le poids est de toutes leurs conversations car presque toutes s'arrondissent à la puberté sous l'influence des hormones qui stimulent les cellules graisseuses des cuisses et des fesses. Que les parents conseillent, à table, de ne pas se resservir, ou qu'un grand frère moqueur parle de “bouboule”, et c'est le complexe assuré. Mais avant l'entourage direct, le déclencheur le plus dur à combattre, c'est la pression de la société : plus facile de s'identifier à Hannah Montana qu'à Cindy Sander. Pourtant, la mode n'a pas toujours été à la minceur : sur les tableaux des maîtres flamands, les belles femmes exhibent de charmants bourrelets !

Et après ?
Plutôt que d'espérer que le 17e siècle soit à nouveau tendance, prendre le temps de s'habituer à son corps et apprendre à l'habiller est sans doute la meilleure façon de se défaire de ce complexe. Car si certaines s'affinent en grandissant, d'autres auront toute leur vie “du poids”. Et les régimes ne règlent pas tout, la corpulence étant plus liée aux gènes qu'à l'alimentation.

“Au secours, des boutons !”

Aujourd’hui
Due à l'inflammation du follicule pilo-sébacé (la naissance du poil), l'acné est LE signe de la puberté : presque tous les ados en ont, sans distinction de sexe. Mais quand les boutons s'accumulent, le moral en prend un coup, car la peau est à la fois le miroir de nos émotions (elle rougit, elle pâlit…) et la “vitrine” que nous présentons aux autres.

Et après ?
Quand la puberté s'éloigne, la surproduction hormonale disparaît et les boutons avec… Entre-temps, une bonne hygiène et le respect de certaines règles alimentaires auront permis de limiter les dégâts. Mais chez certains, l'acné est une véritable maladie de peau qui dure et qu'il convient de traiter. Une visite chez le dermato s'impose : un complexe se soigne parfois avec des médicaments !

 

Le 1 juin 2012 Florence Lotthé, pour Okapi

Je m'inscris à la newsletter bimensuelle, c'est gratuit ! Voir un exemple

Pour aller plus loin

A lire : Paroles pour adolescents, le complexe du homard, de Françoise Dolto, Catherine Dolto et Colette Percheminier, éditions Gallimard.

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

304