Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

En famille

Pourquoi les tout-petits jouent-ils avec leurs vêtements ?

Etre vêtu par ses parents, puis plus tard s’habiller, se déshabiller seul… sont des actes quotidiens, mais chargés de sens. Le vêtement, qu’il soit source de plaisir ou de déplaisir, occupe une place à part dans la vie du tout-petit, le pédiatre Maurice Titran nous explique pourquoi.

 

 

Habiller un bébé fait partie des premiers gestes que l'on fait à sa naissance. C'est une façon de le protéger du froid, mais aussi de l'identifier en tant qu'humain. On l'habille avec des vêtements choisis, selon la coutume culturelle et son sexe.

 

Peu après la naissance, les bébés, souvent, n'aiment pas qu'on les déshabille. Ils intègrent la perception du vêtement comme si c'était une seconde peau, chaude et protectrice. Leur retirer peut leur donner l'impression d'être tout à coup plus fragiles.

 

Vers 6-7 mois, à l'inverse, certains bébés aiment rester nus et protestent quand on les habille. À cet âge, ils aiment jouer avec leur corps et ses perceptions au contact de l'air et de l'eau. Tout est accessible quand on est nu : les pieds, les mains, mais aussi le sexe !

 

Plus tard, le vêtement lui-même peut être source de plaisir : celui de porter des tissus doux, jolis, des poches à “trésors”, des fermetures à zipper… Mais aussi engendrer des difficultés, comme celle d'arriver à se déshabiller.

 

Tous les plaisirs liés à la fonction, aux enjeux du vêtement comptent aussi beaucoup : passer un moment avec la personne qui habille, aller acheter un habit ensemble, porter un gilet tricoté spécialement par mamie ou une robe dont on a vu toutes les étapes de fabrication. Dans la chaleur qui accompagne ces actes, il y a du sens.

 

Le vêtement des enfants a évolué avec les pratiques culturelles. Jusqu'au XIXe siècle, on considérait que les bébés, très tôt, devaient arriver à se tenir droits comme des grandes personnes. C'est pourquoi on les bandait sur une planche que l'on pouvait accrocher en hauteur. Ils étaient ainsi protégés des dangers et du froid. Peu à peu, on a découvert que la liberté des mouvements pouvait aider les enfants à se développer. En favorisant cette motricité, il a fallu alors inventer des vêtements confortables pour lutter contre le froid et le “mouillé”.

 

Le 14 janvier 2009 Maurice Titran - Propos recueillis par Marie-Hélène Gros

Ses petits bonheurs… Jouer avec ses habits

Profiter d’être tout nu à la sortie du bain pour s’inventer de nouveaux vêtements en éponge : robe, turban…

Faire semblant de se tromper en l'habillant : la culotte enfilée par un bras, les boutons du gilet dans le dos…

• Au moment du déshabillage, jouer aux marionnettes avec ses chaussettes : “Bonjour madame Main !”, “Bonjour monsieur Pied !”

A propos de Maurice Titran

Le docteur Maurice Titran a été directeur du CAMSP (Centre d'action médico-sociale précoce) de Roubaix.

Pour en savoir plus sur son travail auprès des familles, nous vous recommandons la lecture de ces ouvrages :

- Un pédiatre au charbon, co-écrit par Maurice Titran et Florence Quille, éd. Buchet-Chastel, 15 € ;

- Vies de famille, une lutte contre l'exclusion, co-écrit par Maurice Titran et Thérèse Potekov, éd. Gallimard, 16 € ;

- Maurice Titran, pédiatre : un rebelle chez les bébés de Murielle Szac, éd. de l'Atelier, 10,67 €.

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

28