Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

Adolescents

Mon fils déprime, que faire ?

Il ne sort presque plus, ne voit plus ses amis et vous repousse si vous lui posez des questions. Cette attitude vous alerte, elle dure depuis 15 jours. Votre fils traverse probablement une phase de déprime. Est-ce normal ? Vous aimeriez comprendre ce qui se passe. Quel comportement adopter pour l'aider ?

 

 

Restez vigilant, sans dramatiser

Votre fils de 16 ans n'échappe pas aux excès de l'adolescence : changements d'humeur, abattement subit, euphorie… Il s'est disputé avec sa copine ou il a eu coup sur coup plusieurs mauvaises notes, voilà des événements qui le troublent et qui peuvent l'inciter à se replier sur lui-même ou à manifester de l'agressivité. C'est normal, mais ne négligez pas cet incident de parcours parce que l'ado, qui vit dans l'instant, a tendance à imaginer des scénarios extrêmes : "C'est fini, jamais plus je n'aurai de copine"… "Je suis trop nul, je n'y arriverai jamais…"

La déprime est passagère

Un coup de déprime passager n'est pas alarmant en soi et ne devrait pas excéder 2 ou 3 jours. Dites-lui que vous avez remarqué sa tristesse par exemple : « Tu n'as pas l'air dans ton assiette en ce moment ». Si c'est possible sans le heurter, relativisez avec lui : "Nous aussi, nous nous disputons parfois, ce sont des choses qui arrivent." "Ah, on va reprendre tes cours dans le détail et tu feras mieux la prochaine fois !"

Exprimez votre inquiétude

Il stresse trop, s'enferme dans sa chambre avec ses jeux vidéo pendant des heures et refuse de parler. Soit, ne le contrariez pas. Informez-le de votre inquiétude. "J'ai peur que quelque chose n'aille pas, je m'inquiète". Votre sollicitude va l'agacer un peu  mais cela lui montre qu'il n'est pas seul face aux épreuves. "Je pense que tu souhaites t'en sortir tout seul, mais si tu as besoin, tu sais que tu peux compter sur moi".

Proposez-lui d'en parler

S'il ne vient pas spontanément vers vous et qu'aucun changement n'apparaît, prenez les devants avec fermeté : "Nous devons vraiment avoir une discussion, tu préfères maintenant ou plus tard ?". Votre attitude lui indique malgré lui que des solutions existent, que les obstacles peuvent être surmontés. Ne relâchez pas votre vigilance et sans être pressant, soyez présent ! Continuez à manifester votre sollicitude. 

Et si c'est une vraie dépression ?

La dépression est une maladie. Les signes ne vont pas vous tromper : il s'isole encore davantage, il travaille mal et ne s'intéresse plus à rien, il est triste ou alors très réactif… C'est à vous de mobiliser son attention parce que le dépressif ne parvient pas à "se secouer" : au contraire, il ralentit, rumine des idées noires et tient tout le monde pour responsable de son état.

Proposez-lui de consulter un psychologue

D'où vient sa souffrance  ? Est-elle en relation avec sa confiance en lui ? Avec ses relations amicales ? Avec ses résultats scolaires ? Avec un événement de sa vie de famille ?  C'est le travail du psychothérapeute qui saura trouver les mots pour vous renseigner et l'aider. Proposez à votre fils de prendre un rendez-vous. S'il refuse, dites-lui que vous allez en consulter un vous-même pour commencer. Il verra que vous êtes résolue, cela vous aidera à le convaincre petit à petit.  Pour le sortir de la dépression, il vous faut de l'aide. 

Prenez soin de vous aussi

Un très bon moyen d'encourager votre fils à se sentir mieux, c'est de vous occuper de vous-même. Prenez du temps pour vous parce que voir son enfant déprimer est une épreuve difficile. Proposez à votre ado des activités que vous pratiquerez ensemble : "Tu viens au cinéma ?" Demandez-lui ce qui lui ferait plaisir. S'il répond "Rien"… ne vous découragez pas et revenez à la charge à un autre moment.

Proposez lui de se bouger

Un dépressif doit bouger son corps, faire circuler son énergie même s'il a l'impression de ne plus en avoir. Vous pouvez aussi lui expliquer que le stress se soigne, se réduit, se régule grâce à des exercices.Vous en connaissez : le yoga vous en a appris quelques uns. S'il ne veut pas vous écouter, peut-être qu'un ami peut faire passer le message. Pour vous-même, n'hésitez pas à en parler à un psychothérapeute qui prendra en compte votre malaise et indirectement celui de votre fils.

Gardez votre optimisme

Soyez persuadé que votre fils va s'en remettre. Détendez-vous, projetez devant vous un avenir serein. Dans votre quotidien, ne vous énervez pas contre lui à cause de son état. Faites-lui seulement remarquer qu'il se prive de certains plaisirs et que c'est dommage. Considérez son état comme passager. Enfin, pas de comparaisons avec les membres de la famille qui furent de grands dépressifs ! Au contraire, mettez en avant ceux qui demeurent d'éternels bons vivants !

 

Le 31 mars 2014
Anne Stepourenko, coach en relations familiales
Photo : Kierferpix-Thinkstock

Le dico des ados

De A comme Acné à T comme Tatouage, en passant par Cannabis, Harcèlement ou Sexualité… découvrez le  dico pratique  de l’adolescence.

Une définition, des points de repères, des conseils concrets et des pistes pour aller plus loin en cas de besoin : toutes les facettes de la vie des ados sont abordées de manière simple et accessible.

Le dico des ados

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

1513