Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

En famille

Sexualité à l’adolescence : pourquoi est-ce une étape importante ?

L’adolescence est une période de mutations. Une transformation de la sexualité accompagne ce processus. D’une sexualité très centrée sur soi, l’enfant passe à une sexualité génitale, centrée sur l’autre, explique Marie-Rose Moro, pédo-psychiatre à Paris.

 

 

« L’adolescence est une période de mutations. Du point de vue psychologique, se déroule un processus de séparation-individuation par lequel l’enfant s’autonomise et construit son identité.

« L’adolescence est une étape du développement durant laquelle s’opère aussi la transformation de la sexualité de l’enfant. Celui-ci passe en effet d’une sexualité très centrée sur soi à une sexualité génitale, centrée sur l’autre, sur la relation amoureuse, érotique à l’autre.

Une mutation parfois brutale

Cette transformation capitale peut être brutale pour les adolescents. Parfois, d’ailleurs, ils ont l’impression qu’ils ne se reconnaissent pas eux-mêmes. Comme si leurs sens ne leur appartenaient plus : ils sont éveillés par l’autre ! Ils étaient habitués à leurs sensations et, tout d’un coup, dans la cour du collège par exemple : « Je vois un garçon et ça me fait quelque chose. Je ne sais même pas exactement ce que je ressens, ce qu’il faut en faire, si c’est normal, pas normal, et si je dois en parler ! »

La transformation de leur sexualité chez les garçons peut être vécue plus violemment parce qu’elle se marque dans leur corps. Ressentir une érection, c’est comme si une partie du corps avait sa vie. Et ça, il faut à la fois que ça se passe et que l’adolescent apprenne à l’apprivoiser pour que cela lui appartienne, et qu’il puisse le transformer en plaisir. Avant cela, cette sensation que quelque chose lui échappe peut être agréable, troublante, mais aussi douloureuse, inquiétante.

Une nouvelle relation au monde

C’est pourquoi cette transformation de la sexualité modifie la relation des ados au monde, aux autres et à leurs parents. Elle provoque aussi une appétence pour le groupe de pairs : ils ont besoin de ce lien de séduction et d’expérimenter comme on séduit. Cela aussi bouscule la relation aux parents. Le petit bisou sur la tête ou le câlin peut devenir plus ou moins secondaire, par rapport à la violence de ce qu’un ado peut ressentir en voyant un garçon ou une fille. 

Quel rôle pour nous, parents ?

Le passage d’une sexualité enfantine à une sexualité génitale qui amènera à la maturation, à la possibilité d’avoir des relations sexuelles et d’être assez mûr pour en avoir, est un énorme changement… auquel nous, parents, avons peu accès. Pourquoi ? Justement parce que nos enfants sont en plein processus de séparation. Or la clé de voûte de cette séparation est la capacité à investir, émotionnellement et sexuellement, quelqu’un d’autre que ses parents.

Durant l’enfance, beaucoup d’émotions et d’affects passaient par les images parentales. Durant l’adolescence, - c’est ce qui la caractérise -, l’espace psychique s’ouvre. L’adolescent commence vraiment à s’intéresser à l’autre : il tourne ses pulsions, son érotisme, son désir vers quelqu’un d’autre que ses parents. C’est pourquoi, les ados ont souvent besoin de ne pas partager cela avec leurs parents. Cela doit, par définition, être dissocié, de la pensée, de la vue, du jugement des parents.

On comprend alors pourquoi les adolescents vivent mal que leurs parents fassent des commentaires sur leurs camarades ou leurs petits amis. Cela signifie qu’ils ne seraient pas encore complètement autonomes et que leurs parents auraient encore la possibilité de choisir pour eux. Ensuite, tout dépend des styles : certains ados racontent un petit peu, ou les choses dont ils pensent que les parents peuvent entendre, d’autres rien du tout.

Une intimité à préserver

Quant à nous parents, nous devons vraiment préserver cet espace de discrétion. Poser des questions, tenter de savoir, cela revient à refuser de reconnaître la légitimité de leur espace intime. Même si cela nous coûte de les entendre dire « cela ne te regarde pas », nous devons nous en réjouir car c’est signe qu’ils grandissent et font leur chemin en sécurité.

C’est aussi pour cela que la plupart vont chercher leurs infos en dehors de la maison : certaines passent par l’école, les copains, les médecins, d’autres adultes. Bien sûr nous sommes là pour répondre à leurs éventuelles questions, mais je pense que le danger de faire effraction dans la vie de nos ados est important, il est donc préférable que les ados cherchent des relais à l’extérieur de la maison. »

 

 

Le 1 février 2014
Propos recueillis par Odile Amblard
Photo : Vladimir Afanasiev-Thinkstock

Notre spécialiste, Marie Rose Moro

Marie Rose Moro, pédo-psychiatre spécialiste des adolescents, dirige actuellement les ados expliqués à leurs parents

la Maison des adolescents, Maison de Solen à Paris. 

 

Elle est notamment l’auteur du livre « Les ados expliqués à leurs parents », Bayard.

 

Où trouver ce livre ?

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

1445