Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

En famille

Il est fan des super-héros

Depuis un certain temps, votre petit homme ne cesse de bondir comme Spiderman et de jouer les justiciers comme Batman. Bref, il se prend pour un super-héros ! N’est-ce pas un peu trop ? Vous vous inquiétez. Fait-il toujours bien la différence entre fiction et réalité. Au cas par cas, les conseils de Geneviève Djénati, psychologue clinicienne*.

 

Il a envie d’être idéal

  • Dans cette période dite « de latence » selon Freud, votre enfant met de côté ses revendications œdipiennes. Il a compris qu’il ne réussirait pas à prendre la place de son père auprès de vous, tout en ayant tout de même envie d’être plus fort que lui. Alors pour se constituer une projection idéalisée de lui-même, il mise sur un personnage invincible, défenseur de valeurs morales nobles et surtout doté de pouvoirs hors du commun : le super-héros !


  • Ce qu’il faut faire. Laissez-le faire tout en veillant à ce qu’il fasse bien la différence entre jeu et réalité. Veillez à marquer les limites. Non, il ne peut pas aller déguisé à l’école !


  • Ce qu’il faut lui dire. « Je comprends que tu aimes autant Batman. Il est comme toi, il ne supporte pas l’injustice et la méchanceté ! »                                                                         

Il écrit son roman familial

  • Votre enfant commence à ressentir le besoin d’être un sujet indépendant. Pour arriver à se séparer psychiquement de ses parents, il se raconte des histoires, se réinvente une vie où il aurait été adopté et serait en réalité le fils de personnes extraordinaires. Cette phase dite « du roman familial » est tout à fait normale et lui permet de gagner son autonomie.


  • Ce qu’il faut faire. Ne vous vexez pas. Laissez-le jouer et s’exprimer. Mais ne rentrez pas dans son jeu en lui laissant croire qu’il est devenu celui à qui il joue !


  • Ce qu’il faut lui dire. « Avant de passer à table, tu retireras ton déguisement. J’ai très envie de dîner avec toi, mais pas du tout avec Spiderman ! »

Il confond fiction et réalité

  • Parfois, cet intérêt prend une tournure excessive, voire pathologique. L’enfant ne répond plus à son prénom mais uniquement à celui de son héros favori. Il est tellement dans son jeu qu’il se coupe du reste du monde, de ses copains par exemple. Il refuse de quitter sa panoplie pour aller se coucher… De tels comportements doivent vous alarmer.


  • Ce qu’il faut faire. Jouez avec lui. Certains enfants, lorsqu’ils manquent de présence parentale, se réfugient dans les « bras » d’amis imaginaires. Proposez-lui d’autres activités. Essayez de comprendre ce que peut bien cacher un tel engouement. Si cela est trop présent, n’hésitez pas à consulter un psychologue.


  • Ce qu’il faut lui dire. « Tu veux ressembler à Superman parce qu’il est très fort et que tu penses que tu n’es pas aussi costaud que tes copains d’école ? »


  • * Auteur de Le Prince charmant et le héros, éd. Pocket.

 

Le 3 janvier 2014
Frédérique Odasso
©Enfant Magazine
Photo : Yaruta-Thinkstock

Paroles de maman

« Pendant de longs mois, notre break familial se transformait en batmobile et la moindre serviette en cape de chauve-souris. Batman par ci, Batman par là, je commençais à en avoir assez ! Un jour, Virgile a voulu se rendre au mariage de ma cousine déguisé en justicier masqué. Je suis restée très ferme, expliquant que le déguisement était réservé au jeu et à la maison, exceptionnellement à Mardi gras ou lors d’une invitation à un anniversaire. Virgile a très bien compris, il n’a jamais plus demandé à sortir déguisé ! »
Olivia, maman de Virgile, 10 ans.

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

1407