Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

En famille

Varicelle, la vigilance s'impose…

La varicelle revient par épidémies régulières au printemps et à l’automne. Souvent bénigne, elle doit toutefois être bien surveillée… Les explications et les conseils de notre spécialiste, le Dr Béatrice Di Mascio, pédiatre à Paris.

 

 

Fièvre et boutons, les signes cliniques de la varicelle

La varicelle se manifeste tout d’abord par une faible fièvre suivie quelques heures après par l’apparition d’une éruption de taches rouges le plus souvent sur le haut du corps et le cuir chevelu. La maladie évolue en plusieurs poussées pouvant occasionner de fortes démangeaisons.
Les taches se transforment ensuite en vésicules, des cloques remplies de liquide très contagieux, qui vont se dessécher pour former des croûtes et finir par tomber. Le nombre de boutons varie selon les individus, quelques-uns pour certains, 300 pour d’autres !

Une maladie très contagieuse avant l’apparition des boutons

Eruptive, virale et d’une durée de dix jours, cette maladie, dont l’incubation dure deux semaines, se transmet soit par l’intermédiaire de gouttes de salive, soit par contact avec les boutons qu’elle provoque. La période de contamination démarre à compter du troisième jour précédant le début de l’éruption. Autant dire qu’il est fort probable de l’attraper au contact d’une personne qui ignore qu’elle est infectée.

La varicelle : dangereuse pour les futures mamans

Souvent sans gravité, la varicelle peut se révéler néfaste pour le futur bébé lorsqu’elle touche une femme enceinte ne l’ayant jamais contractée. La sévérité des risques — fausse couche, handicap… — varie selon le stade de grossesse atteint au moment de la contamination. La vaccination est souvent proposée aux femmes ne l’ayant pas eue et qui ont un projet d’enfant.

Les boutons doivent être désinfectés avec précaution

  • La varicelle occasionne beaucoup de démangeaisons et de grattages, qui augmentent le risque de surinfection bactérienne par staphylocoque ou streptocoque, nécessitant une antibiothérapie. Pour éviter cette complication, les vésicules doivent être désinfectées avec de la chlorhexidine et ne jamais être talquées.
  • Contre les démangeaisons, le pédiatre peut prescrire un antihistaminique ainsi qu’un antiviral lorsqu’il s’agit d’un enfant immunodéprimé ou sujet à l’eczéma. En raison de risques de complications rares mais graves, l’utilisation d’anti-inflammatoires, de corticoïdes, mais aussi d’aspirine et d’ibuprofène est totalement proscrite. Pour la fièvre, c’est du paracétamol, sinon rien !

La varicelle ne s’attrape qu’une seule fois

  • Une fois contractée, la varicelle donne une immunité définitive. Cependant ce virus, de la même famille que l’herpès, persiste à vie dans l’organisme, localisé au niveau des cellules ganglionnaires. A l’âge adulte, des épisodes de stress, de faiblesse immunitaire, de grande fatigue… peuvent réactiver le virus latent et déclencher un zona, une maladie cutanée éruptive.  

Un vaccin existe pour s’en protéger

  • Il existe un vaccin qui peut être administré à partir de 1 an, suivi d’un rappel deux mois plus tard. La nécessité de cette vaccination se discute avec le pédiatre. Cependant les praticiens la conseillent fortement entre 12 et 18 ans pour les enfants n’ayant jamais attrapé la varicelle, en raison de ses risques et de ses conséquences plus sérieuses pour les femmes enceintes. Par ailleurs, plus elle est contractée tardivement, plus la varicelle s’avère difficile à supporter !

 

Le 21 décembre 2013
Propos recueillis par Frédérique Odasso.
© Enfant Magazine
Illustration : Bytedust-Thinkstock

Attention aux complications !

Eruption cutanée + troubles neurologiques : ce sont des motifs de consultation d’urgence, ainsi qu’une toux persistante et importante.

Si, dans la plupart des cas, cette maladie, le plus souvent bénigne, se manifeste sur la peau, elle peut aussi toucher d’autres zones telles le cerveau, les poumons, le foie, les reins et s’avérer assez grave.

Lorsqu’apparaissent des problèmes d’équilibre ou du comportement chez un enfant atteint de varicelle ainsi que des vomissements, une irritabilité ou une léthargie… le médecin peut soupçonner un risque d’encéphalite, une inflammation du cerveau et ordonner l’hospitalisation d’urgence.

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

1397