Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

Enfants

Une minute de silence dans toutes les écoles de France

Après la fusillade qui a eu lieu devant une école de Toulouse, faisant quatre morts dont trois enfants, le Président de la République a décrété une minute de silence dans les écoles de France ce mardi. Que penser de cette décision ? Que répondre aux questions de nos enfants ? Nous avons interrogé la psychologue Maryse Vaillant.

 

Une minute de silence, à quoi ça sert, à qui ça fait du bien ?

Maryse Vaillant : Mon métier, c'est de protéger les enfants. Cela m'autorise à vous répondre que cette initiative est une erreur éducative, psychologique et pédagogique, qui témoigne d'une méconnaissance du monde infantile.
Sans nier le drame épouvantable qui s'est déroulé à Toulouse, une telle action ne fait du bien à personne, ni aux victimes, ni aux enfants des écoles de France. Cet instant où la classe entière va faire silence, c'est une situation d'angoisse très forte. Pourquoi infliger cela à des enfants ? Pourquoi procéder au rapt de la sensibilité infantile pour être dans le fil de l'événement ?

La société va passer très rapidement à autre chose, mais les enfants, eux, vont peut-être rester accrochés là-dessus. Pour moi, la mort est une question individuelle, de famille. L'école n'a pas à s'ingérer comme cela dans la vie privée des familles. Il aurait mieux valu attendre leurs questions plutôt que de les susciter ainsi.

Que dire aux enfants, surtout les plus petits, pour les préparer à ce moment particulier ?

Maryse Vaillant : Je crois que pour donner un peu de dignité à cette initiative, il ne faut pas entrer dans le détail de ce fait divers, mais au contraire généraliser. On peut ainsi expliquer qu'il y a eu une agression violente, comme cela arrive très rarement, et que trois enfants sont morts.

La mort des enfants attriste toujours beaucoup et suscite aussi la colère. Des adultes ont donc pensé que si les enfants de toute la France pensaient à ces enfants morts, cela ferait un peu comme s'ils n'étaient pas tout à fait morts. Les enfants ont leur propre idée de la mort, ce n'est pas la peine d'en dire plus.

Que dire aux enfants que ce fait divers va angoisser ?

Maryse Vaillant : Les enfants, qu'ils aient ou non vu le journal télévisé ou entendu la radio, vont probablement revenir de l'école avec des questions. Je ne crois pas que ce soit aux adultes d'aborder le sujet, mieux vaut attendre que cela vienne tout seul.

En revanche, ils doivent être très attentifs à la façon souvent indirecte de questionner des enfants. Certains vont parler du scooter, d'autres de l'homme, des enfants, de la police… parfois même, les interrogations prennent des chemins très détournés, ou n'arrivent que bien longtemps après.

Les parents doivent les rassurer en rappelant que dans un pays comme le nôtre, on est en sécurité, que ce qui s'est passé est très rare, et que la police et la justice s'occupent d'arrêter cet homme. Leur dire :“Je ne pense pas que ça va t'arriver. Rassure-toi : tu n'es pas seul, nous sommes là, la maîtresse est là, la police est là… Notre travail à tous, c'est de protéger nos enfants.”

 

Le 20 mars 2012 Propos recueillis par Anne Bideault

Je m'inscris à la newsletter bimensuelle, c'est gratuit ! Voir un exemple

A propos de Maryse Vaillant

Maryse Vaillant est psychologue clinicienne. Elle a fait sa carrière à la Protection Judiciaire de la Jeunesse (P.J.J.). Elle a publié, entre autre, Ma famille, mes copains, mon école et moi (Pocket Jeunesse, 2010).

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

1113