Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

Loisirs

A quel âge les petits aiment-ils, vraiment, se déguiser ?

Le costume de pirate ou de fée offert à votre enfant semble bien plus l’effrayer que lui faire plaisir ! Que représente, dans son développement psychologique, cette peur de se déguiser ? A quel âge disparaît-elle ? Les réponses de Sophie Marinopoulos, psychologue et psychanalyste.

 

Pourquoi certains enfants manifestent-ils vers 3 ou 4 ans une peur vis-à-vis des déguisements ?

S.M. : Pour accepter de revêtir un costume, un enfant doit être tout à fait sûr de qui il est, il doit bien connaître son identité de petit garçon ou de petite fille. Si sa construction identitaire n'est pas encore bien assise, s'il manque un peu de maturité, il risque de vivre le déguisement comme une attaque insupportable. Comment s'inventer des identités nouvelles quand on n'est pas encore assuré de la sienne ?

Cette panoplie de Zorro ou de Superman le terrorise car elle l'oblige à “changer de peau” donc à se perdre lui-même : pour lui, il y a confusion entre les habits et ce qu'il est. Même si l'on est très déçu d'avoir passé des heures à confectionner ce costume qu'il a tant réclamé et qu'il refuse aujourd'hui obstinément d'enfiler, il serait très maladroit de le forcer. On peut lui proposer de lui dessiner un nez rouge ou de mettre un chapeau : des éléments discrets qu'il ne ressentira pas comme dangereux.

En revanche, les enfants qui ont dépassé ce stade de la peur semblent tirer beaucoup de plaisir à se déguiser, non ?

S.M. : En effet, c'est une expérience merveilleuse quand on a la maturité nécessaire ! Il s'agit du jeu symbolique par excellence. Grâce aux costumes dans lesquels il se glisse, l'enfant peut devenir un roi, un policier, un voleur, une princesse et ainsi tester divers rôles et places. Une petite fille qui se déguise en empruntant les chaussures à talons et le collier de sa maman s'identifie pour un temps à celle qui a le droit d'interdire et de “commander” à la maison. Une expérience qui peut l'aider à mieux supporter l'autorité.

On est là dans le registre des jeux de “faire semblant”, avec ou sans déguisement d’ailleurs. Pourquoi les enfants les apprécient-ils tant ?

S.M. : Vers 5 ans, un enfant peut en effet consacrer de longs moments à ces jeux de fiction où son imaginaire prend le pouvoir. “Alors je ferais semblant d'être perdu et toi tu serais un méchant qui veut m'attraper.” Il invente des scénarios incroyables, détourne les objets, transformant son lit en bateau ou son bureau en cabane !

En créant ces mondes dont il est le maître, un enfant tente de dominer les peurs et les angoisses qui jalonnent sa croissance psychique depuis sa naissance. Ça fait peur de subir l'autorité des parents et d'entendre des paroles qui ne sont plus aussi douces que quand il était bébé ; ça fait peur de découvrir qu'on est un petit garçon ou une petite fille, donc qu'on est comme un des parents mais pas comme l'autre !

 

Le 27 février 2014 Sophie Marinopoulos, propos recueillis par Isabelle Gravillon pour le Cahier parents de Pomme d'Api (février 2013)

A propos de Sophie Marinopoulos

Dites-moi à quoi il joue, je vous dirai comment il vaSophie Marinopoulos est psychologue et psychanalyste. Elle est l'auteur de Dites-moi à quoi il joue, je vous dirai comme il va, aux éditions Les Liens qui Libèrent.

Dans cet ouvrage, elle décrit un outil qu'elle a créé pour les parents : le “ludomètre”, une sorte de thermomètre permettant d'évaluer la bonne croissance psychique d'un enfant.

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

1088